Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
15 septembre 2021 3 15 /09 /septembre /2021 09:23

Je vous avais dit que nous y reviendrions : je veux parler des conclusions – provisoires – du dernier Congrès d’astrophysique et cosmologie de l’IAP (Institut d’Astrophysique de Paris).

Donc notre univers est hyper-sphérique (à 4 dimensions) avec, pour rayon le temps T². A l’origine, il était de dimensions quasi nulles, le Big-Bang et grossit, grossit, de plus en plus vite (accélération de l’expansion de l’univers). Mais en fait, il n’y eut jamais de temps 0, simplement le temps se déroulait extrêmement lentement.

Et la vitesse de la lumière dans tout ça ? En fait, pas constante du tout (ou plutôt si, mais unité de mesure variante) !? Non, elle accélère, tout comme l’univers, c’est même l’accélération de l’univers lui-même ! Ce n’est pas la vitesse qui est constante, mais l’accélération ! En fait α (accélération) = Hc où H est la « constante » de Hubble, l’inverse de l’âge de l’univers. Donc plus H diminue (l’univers vieillit) plus c augmente. Rassurez-vous, l’accélération est faible : 6,88*10^-10m/s². Conséquence : elle allait moins vite, partant de 0 ou presque, à « c » aujourd’hui (299792km/s). Nous y reviendrons…

Et cela veut dire qu’alors, la dimension de notre univers est moins grande que prévue !!! On passe d’un « rayon » de 4,4*10^26m à 0,653*10^26m. Près de 7 fois plus petit !!!

Ainsi, toutes les mesures de distances des astres lointains sont à revoir… près de 7 fois plus proches… A suivre.

RENE JUSVEL

COSMOLOGY - A universe smaller than expected
I told you that we would come back to it: I am talking about the conclusions - provisional - of the last Congress of Astrophysics and Cosmology of the IAP (Institute of Astrophysics of Paris).
So our universe is hyper-spherical (with 4 dimensions) with, for radius the time T². Originally, it was of almost zero dimensions, the Big-Bang, and grows, grows, faster and faster (acceleration of the expansion of the universe). But in fact, there was never 0 time, just the time went extremely slowly.
What about the speed of light in all of this? In fact, not constant at all (or rather if, but a variant unit of measurement) !? No, it accelerates, just like the universe, it is even the acceleration of the universe itself! It’s not the speed that is constant, but the acceleration! In fact α (acceleration) = Hc where H is the Hubble "constant", the inverse of the age of the universe. So the more H decreases (the universe ages) the more c increases. Rest assured, the acceleration is low: 6.88 * 10 ^ -10m / s². As a result, it was going slower, starting from 0 or almost, at "c" today (299,792km / s). We will come back to it ...
And that means that then, the dimension of our universe is smaller than expected !!! We go from a "radius" of 4.4 * 10 ^ 26m to 0.653 * 10 ^ 26m. Almost 7 times smaller !!!
Thus, all the distance measurements of distant stars are to be reviewed… almost 7 times closer… To be continued.

Partager cet article
Repost0
16 août 2021 1 16 /08 /août /2021 17:45

Il semble que les astrophysiciens soient maintenant d’accord sur une explication du Big-Bang. Et oui : pourquoi, d’un seul coup, il y a 13,8 milliards d’années, l’univers est né, avec lui le temps ( ?), puis son expansion… ? Alors qu’on aurait pu penser, avant Friedmann et Lemaitre (qui proposa le concept) et Hubble (qui l’observa), qu’il avait toujours existé et était stationnaire.

Une réponse relativement simple y a été apportée lors le dernier congrès d’astrophysique et cosmologie de l’IAP (Institut d’Astrophysique de Paris)… et nous avions déjà évoqué des éléments de cette solution.

Donc reprenons : l’espace-temps serait un espace à 4 dimensions. Notre espace à 3 dimensions + une dimension Temps. L’espace peut être « orthonormé » (vieux souvenir du Secondaire ?), par contre, le temps est différent, l’unité de temps « diminuerait » à partir de l’Origine. Bref, il serait en T², vous suivez ? Toujours positif voire Imaginaire (math). Ainsi, le rapport entre une grandeur spatiale et la grandeur temps serait du type L/T² qui se traduit par… l’accélération de l’expansion de l’univers !

Du coup, mathématiquement parlant, l’espace nous apparaît comme sphérique, disons même hyper-sphérique, correspondant en fait à une conique particulière. Il y a 13,8 MM d’années, le temps n’est pas apparu : il a toujours existé mais se « déroulait » très lentement. Et l’espace, comparativement, était très « petit » : le Big-Bang.

Une révolution ! Bon, je vous laisse digérer, nous y reviendrons…

RENE JUSVEL

ASTROPHYSICS - The Big Bang, is it so simple !?
It seems that astrophysicists now agree on an explanation for the Big Bang. And yes: why, suddenly, 13.8 billion years ago, the universe was born, with it time (?), Then its expansion ...? Whereas one would have thought, before Friedmann and Lemaitre (who proposed the concept) and Hubble (who observed it), that it had always existed and was stationary.
A relatively simple answer was given at the last astrophysics and cosmology congress of the IAP (Paris Institute of Astrophysics) ... and we had already mentioned elements of this solution.
So let's start again: space-time would be a 4-dimensional space. Our 3-dimensional space + a Time dimension. Space can be "orthonormal" (old memory of Secondary?), On the other hand, time is different, the unit of time "would decrease" from the Origin. In short, it would be in T², you follow? Always positive or even imaginary (math). Thus, the ratio between a spatial quantity and the time quantity would be of the L / T² type which results in ... the acceleration of the expansion of the universe!
Suddenly, mathematically speaking, space appears to us as spherical, let us say even hyper-spherical, corresponding in fact to a particular conic. 13.8 MM years ago, time did not appear: it has always existed, but it "unfolded" very slowly. And the space, comparatively, was very "small": the Big-Bang.
A revolution ! Well, I'll let you digest, we'll come back to it ...

Partager cet article
Repost0
8 août 2021 7 08 /08 /août /2021 13:51

C’était une grande question que l’on se posait depuis longtemps : la présence d’eau ailleurs dans l’univers. On pensait qu’il devait y en avoir mais en très faible proportion.

Or, l’état des dernières explorations laisserait entendre que l’eau est bien présente, en large quantité, au moins dans notre galaxie, mais, de fait, dans tout l’univers.

Mais sous forme liquide, c’était moins évident. Cela correspond à une zone de températures entre 0 et 100° (quoiqu’il s’avère que le paramètre température ne soit pas le seul et donc pas aussi strict qu’on ne le pensait).

De là à imaginer que la vie y est alors possible… Mais ce n’est pas le seul critère. Et il faut que cette situation d’eau liquide soit stable, que l’atmosphère et l’attraction gravitationnelle la retienne… Et il faut d’autres composants (oxygène, azote, carbone…).

Sauf que la vie s’adapte et se développe selon les contraintes du milieu aussi rudes soient-elles. Pensez à ce brin d’herbe qui troue le macadam pour se développer…

C’est la conclusion à laquelle est parvenu le dernier colloque organisé par l’Observatoire de Paris.

Et la forte suspicion d’une vie quasi souterraine sur Mars, par le rover Persévérance, pose la question d’une forme de vie autre que celles que nous connaissons sur Terre… Le vivant s’adapte parfois étrangement.

RENE JUSVEL

ASTRONOMY - Water everywhere!
It was a big question that had been asked for a long time: the presence of water elsewhere in the universe. We thought there must be, but in a very small proportion.
However, the state of the latest explorations would suggest that water is present, in large quantities, at least in our galaxy, but, in fact, throughout the universe.
But in liquid form, it was less obvious. This corresponds to a temperature zone between 0 and 100 ° (although it turns out that the temperature parameter is not the only one and therefore not as strict as we thought).
From there to imagine that life is then possible there ... But that is not the only criterion. And this liquid water situation has to be stable, the atmosphere and the gravitational pull must hold it ... And other components (oxygen, nitrogen, carbon ...) are needed.
Except that life adapts and develops according to the constraints of the environment, however harsh they may be. Think of that blade of grass that cuts holes in the macadamia to develop ...
This is the conclusion reached by the last colloquium organized by the Paris Observatory.
And the strong suspicion of an almost underground life on Mars, by the Perseverance rover, raises the question of a form of life other than those we know on Earth ... Living things sometimes adapt strangely.

Partager cet article
Repost0
3 août 2021 2 03 /08 /août /2021 16:13

C’est l’exploit réalisé par le département d’ophtalmologie de l’Université de Pittsburgh. En fait, le travail a consisté à reproduire sur écran une image à partir d’influx électriques captés au niveau du cerveau.

Précisons un peu la démarche : un patient observe une image (ce fût d’abord un dessin géométrique simple) intensément, sans aucune autre perturbation sensorielle. Par des capteurs positionnés sur le crane, l’activité cérébrale est observée : lieux, intensité, variations, notamment au niveau des nerfs optiques, au début, mais pas que… Le tour de force est d’associer le résultat de cette observation cérébrale à l’image regardée, par l’élaboration d’un programme informatique. Bref, le logiciel doit arriver à réussir à reproduire l’image sur un écran.

Le processus a été ensuite affiné, peu à peu, pour obtenir l’image mentale d’une photo ! Et ça marche !!!

Ce n’est là que le balbutiement. Il est maintenant envisagé tout un travail sur l’amélioration, voire le remplacement, de la vision elle-même en remplaçant l’œil défectueux par une caméra miniaturisée.

Et il serait possible d’aller plus loin : extraire d’un cerveau des images mentales, des souvenirs visuels…

En sens inverse, il devrait être même possible d’implanter des images totalement virtuelles. Mais on n’en est pas encore là.

A quand la même chose… en vidéo ?

RENE JUSVEL

MEDICINE - A reconstructed brain image
This is the feat achieved by the Department of Ophthalmology at the University of Pittsburgh. In fact, the work consisted in reproducing on screen an image from electrical impulses captured in the brain.
Let’s be more precise: a patient observes an image (at first it was a simple geometric design) intensely, without any other sensory disturbance. By sensors positioned on the skull, cerebral activity is observed: places, intensity, variations, in particular at the level of the optic nerves, at the beginning, but not only ... The feat is to associate the result of this cerebral observation with the image viewed, by developing a computer program. In short, the software must succeed in reproducing the image on a screen.
The process was then refined, bit by bit, to get the mental image of a photo! And it works !!!
This is just the beginning. Considerable work is now being done on improving, if not replacing, vision itself by replacing the faulty eye with a miniaturized camera.
And it would be possible to go further: extracting mental images, visual memories, etc. from a brain.
Conversely, it should even be possible to implant totally virtual images. But we're not there yet.
When will the same thing… on video?

Partager cet article
Repost0
7 juillet 2021 3 07 /07 /juillet /2021 17:42

Etonnante la dernière découverte de nouveaux « rouleaux de la Mer Morte » !

Peut-être avez-vous déjà entendu parler de ces « rouleaux de la Mer Morte » (ou de Qumran) : de très anciens manuscrits écrits en hébreux, voire en araméen ou grec ? Ils datent d’avant notre ère. Beaucoup gardent d’ailleurs encore leurs mystères.

Mais là, ce qui a été dernièrement découvert, dans une 13ème grotte, est stupéfiant : cela ressemble étrangement d’ailleurs à certaines brèves d’astrophysique notamment, dont je suis l’auteur, de nos jours donc, et, là, uniquement de physique, d’astrophysique, de cosmologie. Et point de religion… !?

Et cela est présenté comme s’il s’agissait de l’exposition d’une nouvelle théorie, qui pourrait remplacer les mécaniques newtonienne, relativiste, quantique. Une « mécanique rotative » !?

Les termes sont proches des nôtres, comme mes vulgarisations ici. Et vous y retrouverez les notions d’univers hyper-sphérique dont le rayon est le temps au carré, de trous noirs creux avec gravité inversée, de masse comme renfoncement dans le passé, de lumière qui tourne sur elle-même. D’ailleurs tout est rotation, d’où son nom, tout s’explique par la rotation… Des hypothèses actuellement étudiées dont nous avons parlées ici.

Les physiciens étudient avec curiosité et intérêt. Nous devrions en savoir plus prochainement. Mes brèves ne seraient qu’une réédition ?...

RENE JUSVEL

PHYSICS - Did the ancients know?
Amazing the latest discovery of new "Dead Sea scrolls"!
Perhaps you have already heard of these “Dead Sea Scrolls” (or Qumran): very old manuscripts written in Hebrew, even Aramaic or Greek? They date from before our era. Many still keep their mysteries.
But there, what was recently discovered, in a 13th cave, is astounding: it looks strangely moreover to certain briefs of astrophysics in particular, of which I am the author, nowadays thus, and, there, only of physics, astrophysics, cosmology. And no religion… !?
And this is presented as if it were the exposition of a new theory, which could replace Newtonian, relativistic, quantum mechanics. A “rotating mechanic” !?
The terms are close to ours, like my popularizations here. And you will find there the notions of a hyper-spherical universe whose radius is time squared, of hollow black holes with inverted gravity, of mass as a recess in the past, of light which turns on itself. Besides, everything is rotation, hence its name, everything is explained by rotation ... Currently studied hypotheses that we have discussed here.
Physicists study with curiosity and interest. We should know more soon. Would my briefs be just a reissue? ...

Partager cet article
Repost0
14 juin 2021 1 14 /06 /juin /2021 09:06

La chirurgie fait des miracles de nos jours. Réparation, prothèses dans le cadre des accidents de la vie.

Mais aussi en chirurgie esthétique, réparatrice,  pour améliorer le quotidien, l’image de soi.

On a à peu près tout fait.

Cependant, un domaine n’avait pas encore été abordé : la voix.

Ou, du moins, dans son aspect « esthétique ». Pour ceux qui se plaignent de ne pas aimer leur voix. Pas pour chanter, non, pour simplement parler. Il y en a qui ont de si belle voix, charmeuse, agréable…

Certes, on peut « apprendre à parler », ça aide, mais ce n’est pas suffisant.

Des opérations sont déjà réalisées lors d’un changement de genre : féminisation ou masculinisation mais déjà aussi lorsque la voix correspond mal au genre.

C’est donc ce à quoi s’est attaqué le service ORL du Centre Hospitalier de Luxembourg de Eich. Et avec succès !

Le travail de modification se fait essentiellement, évidemment, au niveau des cordes vocales (tension, consistance, réduction de masse), mais pas que.

Ah, si je pouvais avoir la voix de Grand Corps Malade…

RENE JUSVEL

MEDICINE - Change voice
Surgery works wonders these days. Repairs, prostheses in the context of accidents of life.
But also in cosmetic and restorative surgery, to improve daily life and self-image.
We did pretty much everything.
However, one area had not yet been addressed: the voice.
Or, at least, in its "aesthetic" aspect. For those who complain that they don't like their voice. Not to sing, no, just to talk. There are some who have such a beautiful voice, charming, pleasant ...
Of course, one can "learn to speak" helps, but it is not enough.
Operations are already carried out during a gender change: feminization or masculinization, but already also when the voice does not correspond to the gender.
So this is what the ENT department at the Luxembourg Hospital Center in Eich tackled. And with success!
The modification work is done mainly, obviously, at the level of the vocal cords (tension, consistency, reduction in mass), but not only.
Ah, if I could have the voice of Grand Corps Malade ...

Partager cet article
Repost0
5 juin 2021 6 05 /06 /juin /2021 08:53

Impossible me direz-vous. Nous avions déjà un peu abordé le sujet… Einstein n’aimerait pas !

Et pourtant… c’est une hypothèse proposée dernièrement par l’Institut Lumière & Matière de l’Université Lyon 1.

Le principe : la masse dépend de la vitesse. A énergie constante, si la vitesse augmente, alors la masse diminue (vous vous souvenez, au lycée, les E=1/2 MV² ou E=Mc² ? C’est presque ça). Attention, la masse n’augmente pas avec la vitesse comme pourrait le faire croire une mauvaise interprétation de la Relativité ! Dans ce cas-là, c’est le contraire.

Et inversement évidemment : si la vitesse diminue, alors la masse augmente… jusqu’à avoir sa véritable masse au repos.

Mais au-delà de c, vitesse de la lumière ? La masse a diminué jusqu’à 0… puis devient alors négative ! Peut-être l’antimatière, la notion de masse étant alors très spécifique. Et oui, sinon E se sentirait mal.

Ce qui est intéressant, c’est que l’anti-masse repousse la masse, au lieu de l’attirer. A l’inverse des champs électrique et magnétique, 2 charges massiques de même signe s’attirent, 2 masses de charges massiques de signes contraires se repoussent.

Mais le plus étrange, dans leur hypothèse, c’est que cela serait lié à une rotation d’espace, dans un sens ou un autre !? E=hν=(h/2πc²) ω !?

RENE JUSVEL

PHYSICS - What if mass exceeds the speed of light
Impossible you tell me. We had already touched on the subject a bit… Einstein wouldn't like it!
And yet ... this is a hypothesis recently proposed by the Institut Lumière & Matière of the University of Lyon 1.
The principle: mass depends on speed. At constant energy, if the speed increases, then the mass decreases (remember, in high school, E = 1/2 MV² or E = Mc²? That's almost it). Be careful, mass does not increase with speed as a misinterpretation of Relativity might suggest! In this case, it is the opposite.
And vice versa of course: if the speed decreases, then the mass increases ... until it has its true mass at rest.
But beyond c, speed of light? The mass has decreased to 0 ... then becomes negative! Perhaps antimatter, the notion of mass then being very specific. And yes, otherwise E would feel bad.
The interesting thing is that the anti-mass repels the mass, instead of attracting it. Unlike electric and magnetic fields, 2 mass charges of the same sign attract, 2 masses of mass charges of opposite signs repel each other.
But the strangest thing, in their hypothesis, is that it would be related to a rotation of space, in one direction or another !? E = hν = (h / 2πc²) ω!?

Partager cet article
Repost0
10 mai 2021 1 10 /05 /mai /2021 15:13

Nous avions déjà abordé le sujet. D’après les dernières hypothèses d’un groupe de chercheurs de l’Observatoire de Paris, il y aurait forte corrélation entre champ magnétique solaire et orbites planétaires. On l’avait donc déjà remarqué pour le cycle de 11 ans des tâches solaires.

C’est d’ailleurs, évidemment, valable pour les satellites des planètes elles-mêmes. Certes celui-ci est lié à la masse centrale (absence pour Mercure et Pluton), mais, par exemple, on le constate par l’absence de champ magnétique pour Vénus, sans satellite. Pour Mars, il existe, même si bizarrement réparti…

Et peut-être même que la masse des satellites importe quant à l’intensité du champ magnétique du corps central.

Mais l’intéressant ici est pour la répartition planétaire. La comparaison est même faite avec la répartition de la limaille de fer autour d’un aimant. Des « lignes de force » amenant les planètes à suivre certaines trajectoires.

A moins que ce ne soit, à l’opposé, la présence de planètes qui engendre le champ magnétique central car on constate également que ce champ est plus intense lorsqu’aussi la masse des satellites est importante.

Ajoutons à ça un zest de rotation et ça devrait le faire.

Bref, cette corrélation hypothétique est une voie qui s’avère intéressante à explorer. A suivre !...

RENE JUSVEL

ASTRONOMY - Magnetism and planetary orbits
We had already touched on the subject. According to the latest hypotheses from a group of researchers from the Paris Observatory, there is a strong correlation between the solar magnetic field and planetary orbits. It had therefore already been noticed for the 11-year cycle of sunspots.
This is, of course, valid for the satellites of the planets themselves. Of course, this is linked to the central mass (absence for Mercury and Pluto), but, for example, we can see it by the absence of a magnetic field for Venus, without a satellite. For Mars, there is, even if oddly distributed ...
And maybe even the mass of the satellites matters in terms of the strength of the central body's magnetic field.
But the interesting thing here is for the planetary distribution. The comparison is even made with the distribution of iron filings around a magnet. "Lines of force" leading the planets to follow certain trajectories.
Unless it is, on the contrary, the presence of planets which generates the central magnetic field because we also note that this field is more intense when also the mass of the satellites is important.
Add to that a twist of rotation and it should do it.
In short, this hypothetical correlation is an interesting avenue to explore. To be continued !...

Partager cet article
Repost0
10 avril 2021 6 10 /04 /avril /2021 09:42

Avec un titre comme ça, il va être question de la théorie des cordes, direz-vous. Que nenni !

Vous connaissez mon penchant pour l’astrophysique, la gravitation, la lumière… Je vous ai repéré un récent article, sur ce thème, d’un chercheur indépendant dans la revue « La Recherche ».

Nous avions déjà abordé la fameuse « masse linéique de Planck », en voici une nouvelle version.

Par définition, la notion de masse linéique intervient pour ce qui concerne les cordes vibrante – nous y voilà !

En fait, la vibration d’une corde (par exemple) est conditionnée par la tension T, la masse linéique λ et la longueur L de celle-ci. Ainsi, la vitesse de l’onde de vibration est c = √(T/λ) ou c² = T/λ

De là, on peut trouver la Tension T = c²λ.

Et si on appliquait ça à l’Univers, l’espace, la vibration étant la lumière ? On a alors T = 1,21*1044. Oups, c’est la « force de Planck » = c4/G !? C’est la conclusion récente de Khalid Jerrari, qui complète sa « Théorie spatiale » dont il est question dans l’article.

Etrange quand même tout ça : certes pas de véritables contradictions avec les Lois de la Gravitation, la Relativité Générale et la Mécanique Quantique, mais ça semble craquer de partout et de nouveaux développements apparaissent, comme si…

RENE JUSVEL

ASTROPHYSICS - Like a rope
With a title like that, it's going to be about string theory, you might say. Nay!
You know my penchant for astrophysics, gravitation, light ... I spotted a recent article on this topic by an independent researcher in the journal "La Recherche".
We had already approached the famous "linear density of Planck", here is a new version.
By definition, the notion of linear density comes into play with regard to vibrating strings - here we are!
In fact, the vibration of a string (for example) is conditioned by the tension T, the linear density λ and the length L of this one. Thus, the speed of the vibration wave is c = √(T/λ) or c² = T/λ
From there, we can find the Voltage T = c²λ.
What if we applied that to the Universe, space, vibration being light? We then have T = 1.21 * 1044. Oops, is that "Planck's force" = c4 / G !? This is the recent conclusion of Khalid Jerrari, which complements his "Spatial Theory" discussed in the article.
All the same, all that is strange: certainly no real contradictions with the Laws of Gravitation, General Relativity and Quantum Mechanics, but it seems to crack everywhere and new developments appear, as if ...

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
20 mars 2021 6 20 /03 /mars /2021 17:49

Mouvement de répulsion : « Mécanique quantique », oh, c’est compliqué ! Mais « Entre deux mondes » : vous voilà intrigué…

C’est en fait le titre d’un article paru dans le dernier numéro de « Physical Review ». Et j’ai eu la même réaction.

D’ailleurs nous avions abordé ce sujet dans nos colonnes, il y a longtemps. Quoi de neuf, dans cet article, depuis ?

Diverses hypothèses, déjà formulées, existent, telle que celle, chez les astrophysiciens, de connexion d’un monde à un autre via un trou de ver, connexion entre un trou noir qui avale la matière, et un trou blanc qui la rejette dans un autre univers, voire le même, beaucoup plus loin.

Mais la plus intéressante concerne le phénomène d’intrication quantique, toujours inexpliqué. Il s’agit d’un phénomène où deux particules semblent former un système lié et présentant des états dépendant l’un de l’autre quelle que soit la distance qui les séparent.

L’auteur généralise cette notion à des particules qui appartiendraient à des mondes différents, parallèles… au point que ces mondes parallèles seraient eux-mêmes en interaction. Bref, une action dans l’un pourrait avoir des répercussions dans un autre… Etrange, non ?

A moins que le monde ne soit que le fruit de notre imagination : chaque fois que nous imaginons un truc, il devienne réalité dans un autre monde… parallèle ? Le fruit de l’observateur… M. Schrödinger ?

RENE JUSVEL

QUANTUM PHYSICS - Between two worlds
Repulsion movement: "Quantum physics", oh, that's complicated! But "Between two worlds": you are intrigued ...
This is actually the title of an article that appeared in the latest issue of "Physical Review". And I had the same reaction.
In fact, we broached this subject in our columns a long time ago. What's new in this article since?
Various hypotheses, already formulated, exist, such as that, among astrophysicists, of connection from one world to another via a wormhole, connection between a black hole which swallows matter, and a white hole which rejects it in a another universe, even the same, much further.
But the most interesting is the phenomenon of quantum entanglement, which is still unexplained. It is a phenomenon where two particles seem to form a linked system and exhibiting states dependent on each other regardless of the distance between them.
The author generalizes this notion to particles that would belong to different, parallel worlds ... to the point that these parallel worlds would themselves be interacting. In short, an action in one could have repercussions in another… Strange, right?
Unless the world is only the fruit of our imagination: every time we imagine something, it becomes reality in another world…? The fruit of the beholder ... Mr. Schrödinger?

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Actualité Imaginaire / imaginary News / Fake News
  • : Ce blog est un magazine d'actualité imaginaire. Le 1er blog de Fake News. Les informations, sujets, articles, ne sont que des inventions. Toute ressemblance avec... This blog is an imaginary news magazine. The 1st blog of Fakes News. Information, subjects, items are only inventions. Any resemblance ...
  • Contact

A la Une


Vous trouverez, sur ce blog-magazine, des rubriques (5: Société, Sciences, Politique, Technologie, Economie), des articles "d'actualité" courts (plus de 400 à ce jour), qui ne relèvent que de la pure imagination. Les échos, en quelques sortes, d'un monde parallèle. Comme on dit: "toute ressemblance avec...". Bonne lecture! Si cela vous plaît, faites le connaître...

RENE JUSVEL

Pour contacter l'auteur

Droits

Les textes appartiennent à son auteur. Utilisation et reproduction libre si sources citées (Actualité Imaginaire, René Jusvel)

Les illustrations choisies, celles provenant d'Internet, sont garanties par les sites de cliparts utilisés, libres de droit (hormis le logo Facebook). Idem pour les créations personnelles.

Tout ce qui concerne, ici, les lieux et personnes cités n'est que pure imagination et ne doit en aucun cas être pris pour vérité ou réalité.

Actualité Imaginaire en ebook et broché

Obtenez gratuitement l'ebook des 200 premiers articles d'Actualité Imaginaire (format PDF ou EPUB): il suffit de VOUS ABONNER sur ce site et de me contacter (rene.jusvel@gmail.com)!

Actualité Imaginaire est en vente sur Amazon en ebook format Kindle (300 articles) et broché (papier): 2 tomes de 200 articles chacun.

Rubriques

Ce qui vous intéresse...

Vous êtes intéressez par un sujet? Recherchez dans les articles, vous le trouverez sans doute. Exemple: des fake news sur l’astrophysique, les trous noirs, l’antimatière, les planètes du système solaire (dont la planète 9),… ?  Lisez les articles, dans la rubrique « SCIENCES » qui concernent l’ASTROPHYSIQUE ! Troublant…

Un site collaboratif?

Vous avez des idées de fake news? Faites-les paraître sur ce site!  Il suffit de me les envoyer par mail (un article fait environ 235 mots). Je verrai si c'est compatible avec le site et les éditerai, signés de votre nom.